Dictionnaire des produits

Métaux

Métaux

Info :

Le recyclage des métaux est pratiqué depuis longtemps, étant donné qu’il est facilement possible de les faire fondre et de les reformer. Il est cependant indispensable qu’aucun résidu n’adhère aux métaux, qu’il s’agisse de graisses, de matières plastiques, de caoutchouc, de bois ou d’autres résidus.

Prévention/réduction :

Avant de pouvoir traiter les voitures, il convient d’en retirer tous les liquides de service (carburants, huiles, liquide de refroidissement et liquide de frein, … ), les accumulateurs au plomb et les pneus. Lorsque les quantités de métaux non-ferreux sont assez importantes, il est conseillé de les déposer séparément, ces métaux étant mieux rémunérés par les destinataires de déchets.

Recyclage/élimination écologique :

Une fois qu’ils ont été triés et que les matières indésirables ont été retirées, les métaux sont broyés et utilisés dans des aciéries (métaux ferreux) ou d’autres usines (métaux non-ferreux) pour la fabrication de nouveaux produits.

Que faire des véhicules hors usage ?

L‘élimination des véhicules hors d‘usage est réglée dans le règlement grand-ducal sur les véhicules hors d‘usage et dans l‘accord passé entre les concessionnaires/importateurs luxembourgeois et le ministère du Développement Durable et des Infrastructures. Il s’agit aussi des voitures de transport (y compris celles à neuf places, conducteur inclus) et des véhicules jusqu‘au 3,5 tonnes en poids total. Ces réglementations s‘appliquent aux véhicules de tout âge depuis le 01/01/2007.

Les industriels et les distributeurs sont obligés de mettre en place des systèmes de collecte et de démontage. Le propriétaire est tenu de se débarasser de son véhicule hors d’usage dans une station de collecte agréée ou de l’amener à une installation de démontage. La SNCA lui délivrera alors un certificat officiel de destruction. Pour annuler l’immatriculation d’un véhicule, il faut obligatoirement produire un certificat de destruction.

Pour bénéficier de la reprise gratuite, il est indispensable que le véhicule usagé contienne encore toutes les pièces essentielles : moteur, mécanique de transmission, etc et qu’aucun  déchet étranger ne lui ait été ajouté. Le dernier propriétaire peut conduire son véhicule hors d’usage jusqu’à un point de reprise ou encore directement à l’installation de démontage. Renseignez-vous auprès de votre concessionnaire. Vous trouverez des informations sur les sites de reprise mandatés par les constructeurs sur le site internet de l‘Administration de l‘Environnement à l‘adresse emwelt.lu.

Valorisation

A l’installation de traitement, toutes les composantes problématiques du véhicule hors d’usage sont retirées: liquide de refroidissement et tout autre fluide, batterie, airbags, catalyseur, ainsi que l’ensemble des pièces pouvant contenir des substances problématiques. Il s’agit d’une dépollution de ce véhicule. Le règlement stipule également de démonter les pneus, les vitres, les jantes en aluminium, les masses d’équilibrage et tout autre élément métallique si ces métaux ne sont pas séparés par la suite. A partir du 1er janvier 2015, la législation prévoit des taux de valorisation plus élevés, allant jusqu‘à 95% des véhicules hors d‘usage.

Prévention

Le règlement sur les véhicules hors d’usage dépasse le cadre de l’obligation de reprise et fait explicitement état de nouvelles stratégies de prévention et de valorisation: Concevoir et construire un véhicule simple à démonter dont  les pièces sont plus faciles à réutiliser ou à valoriser;  Augmenter la  part  de l’utilisation de matériaux recyclés dans la construction automobile. Pour aller dans ce sens, des quotas de valorisation sont exigés.Outre les taux, la législation prévoit également que les éléments dangereux, par ex. le mercure, le plomb, le chrome IV, soient remplacés progressivement sur les voitures neuves par des substances ne posant pas problème.

N’oubliez pas que la loi sur la gestion des déchets concerne aussi les véhicules hors d’usage. Un véhicule usagé non dépollué constitue un déchet dangereux car il contient des huiles de vidange,  des fluides ou une batterie.

Ne laissez pas votre véhicule hors d’usage à un acheteur ou à un ferrailleur quelconque.Veillez à ce que vous soit remis un certificat de valorisation reconnu officiellement.

Lors de l’achat d’un nouveau véhicule, pensez à l’environnement en examinant la consommation de carburant, les émissions de CO2 ainsi que la valorisation possible en fin de vie.

Véhicules hors usage

Informations détaillées

Le mercure – un métal utile, mais dangereux

Le mercure pur se dilate fortement à la chaleur et s’évapore à température ambiante. Il était utilisé entre autres dans les thermomètres, les manomètres, les tubes fluorescents, les piles minuscules (piles rondes) et dans les interrupteurs d’appareils électriques. Des composés mercuriels organiques et inorganiques sont/ont été utilisés comme bactéricides, fongicides et insecticides, produits de traitement des semences et teintures de bois de même que comme antifoulings pour les peintures, vernis et préparations assimilées.

Il existe désormais des produits alternatifs pour certaines de ces applications. Pour d’autres, ce n’est pas le cas. Le fait que la SuperDrecksKëscht® continue de collecter régulièrement, outre les lampes et les piles contenant du mercure, des thermomètres à mercure et d’autres produits contenant du mercure montre que le mercure est toujours un sujet d’actualité.

Du milieu environnementale à la chaîne alimentaire

Le mercure peut atteindre le milieu environnemental par différentes voies: par ex. des activités volcaniques naturelles, les eaux usées rejetées par les entreprises chimiques (processus industriels), mais aussi les déchets ménagers. Les centrales thermiques au charbon dégagent également du mercure dans le milieu malgré l’installation de filtres modernes.

Les composés mercuriels organiques et inorganiques peuvent s’accumuler dans la chaîne alimentaire et être absorbés par l’homme avec la nourriture ; ils s’accumulent alors dans l’organisme. Les empoisonnements se traduisent par des lésions cérébrales et rénales. Ainsi, dans les années 50 du siècle passé, la consommation de poisson contaminé au Japon a entraîné des maladies spectaculaires suivies de décès (maladie « Minamata ») ; en Iraq, des empoisonnements de semences ont fait plus de 500 victimes au début des années 70.

L’inhalation de vapeurs de mercure élémentaire (par ex. lorsqu’on casse un thermomètre) est particulièrement dangereuse, car ces vapeurs sont absorbées à 80 % par les poumons. Lorsque les concentrations sont élevées, cela entraîne des lésions aiguës des poumons et des lésions chroniques du système nerveux central. Les empoisonnements aigus se traduisent par de graves coliques gastriques et intestinales, des brûlures locales des muqueuses et éventuellement une défaillance des reins. Les doses moins importantes entraînent des empoisonnements des cellules et du protoplasme. Le mercure s’accumule entre autres dans le foie, les reins et le cerveau et n’est que lentement éliminé par le biais des reins.

En raison du danger émanant des vapeurs, il est important de neutraliser immédiatement le mercure élémentaire, même si les quantités sont minimes. Si vous renversez du mercure pur dans des pièces d’habitation et des locaux de travail, vous devez le ramasser soigneusement.

A quoi devez-vous faire attention lorsque vous manipulez du mercure ?

  • Chargez la SuperDrecksKëscht® d’éliminer vos déchets contenant du mercure, par ex. les piles rondes et les tubes fluorescents. Les appareils électriques peuvent également contenir des éléments mercuriels. Remettez-les à votre commerçant spécialisé ou à votre parc de recyclage.
  • Si vous devez éliminer du mercure émanant d’un thermomètre cassé ou autre : sur les surfaces lisses, il suffit souvent de prendre une pelle et un balai. Sur les surfaces rugueuses, il peut être nécessaire de recourir à d’autres moyens comme des liants particuliers (par ex. Mercurisorb®). Il est également possible de le ramasser à l’aide d’un ruban adhésif. Placez les balayures dans un récipient fermé et remettez-le à la SuperDrecksKëscht®. Ne touchez pas au mercure à mains nues (danger de brûlure) et évitez d’inhaler les vapeurs. Pour toute question concrète, n’hésitez pas à contacter à tout instant les experts de la SuperDrecksKëscht®.
  • Les tubes fluorescents et les lampes à basse consommation d’énergie contiennent environ 5 milligrammes de mercure, ce qui, en soi, est une faible concentration (à titre de comparaison : les concentrations peuvent atteindre 500 mg dans les thermomètres). Dans des conditions d’utilisation normales, le mercure contenu dans les lampes ne peut pas rejoindre le milieu ou l’air ambiant, car il est lié et ne se trouve pas sous une forme élémentaire. Dans de nombreux modèles, le mercure est par ailleurs mélangé à d’autres métaux (amalgame). Les consommateurs devraient généralement veiller à manier prudemment tous les produits fragiles. Si l’on rapporte ce chiffre à l’ensemble du Luxembourg, on constate que les tubes fluorescents éliminés chaque année représentent plusieurs kilos de mercure. N’hésitez donc pas à remettre vos tubes fluorescents et bris de tubes à la SDK. Celle-ci les collecte pour le compte d’Ecotrel.

Le mercure éliminé par la SDK est complètement recyclé, et utilisé comme matière première dans les processus techniques. La poudre luminescente qui renferme du mercure est également recyclée dans la mesure possible. Dans le cas contraire, elle est recyclée avec la fiabilité requise.

Eviter le mercure !

  • Il existe depuis longtemps des produits alternatifs pour les piles et thermomètres contenant du mercure. Renseignez-vous auprès de votre commerçant ou de la SDK.

Avez-vous d’autres questions? N’hésitez pas à téléphoner à la SDK au Tél. 488 216-1.

Mercure

Informations détaillées

Plomb – à ‚utiliser‘ avec prudence

Dans notre vie quotidienne, il est entre-temps assez rare – heureusement – que nous trouvions des produits contenant du plomb. Ce n’était pas le cas autrefois. Jusque dans les années 70, le plomb était utilisé dans la fabrication de tuyauteries pour l’eau potable. Il était utilisé dans les peintures (blanc de plomb) et les glaçures de produits en céramique. Au cours des siècles passés, on trouvait même du plomb dans la vaisselle et on utilisait du sucre de plomb, notamment pour sucrer le vin.

On utilise aujourd’hui encore le plomb ou des composés de plomb dans de nombreuses applications techniques. L’exemple le plus connu est l’accumulateur dit au plomb. Le plomb et les composés de plomb ayant entraîné jusqu’à présent des problèmes de santé, l’industrie s’efforce de remplacer le plomb là où ceci est possible, même lorsque les risques pour la santé sont jugés faibles.

Elle réagit ainsi aux réglementations légales, notamment aux règlements au niveau européen. Dans les années 90 par ex., le plomb qui servait d’antidétonant a été interdit dans l’essence (dans le composé tétraéthyle de plomb). La restriction de l’utilisation de plomb dans le secteur automobile à la suite du règlement sur les vieilles voitures est toute récente. Au Luxembourg également, il est interdit depuis juillet 2005 d’utiliser des masselottes d’équilibrage en plomb.

Pas de raison de paniquer au contact du plomb. On ne peut guère identifier d’effet toxique en cas d’absorption unique de plomb ou de sels de plomb. Le contact avec du plomb métallique est en général sans danger. Les empoisonnements par le plomb – le célèbre compositeur Ludwig van Beethoven a été victime d’un tel empoisonnement – n’apparaissent qu’en cas d’absorption régulière de plomb. Il faut être particulièrement prudent en cas de composés de plomb ou de poussière rejoignant les poumons par inhalation.

Le plomb et les produits renfermant du plomb ne doivent en aucun cas être mélangés aux déchets résiduels. Ceci s’applique également aux quantités infimes de plomb métallique. N’hésitez pas à contacter la SDK si vous avez des questions sur l’élimination de ces produits.

Contactez la SDK au numéro de tél. : 488 216 1 pour obtenir des conseils et autres informations.

Plomb

Informations détaillées